Idéaliste ou réaliste?

L’action se déroule en Australie, à Brisbane. Après ma prédication, j’ai été apostrophé par un étudiant qui me dit : « Révérend, j’aimerais beaucoup croire comme vous le faites. » Je lui ai répondu : « Pourquoi pas? » et il répliqua : « Voyez-vous, moi je suis un réaliste, je ne crois que ce que je vois ou ce que je comprends par la raison. » Finalement, je lui répondis : « Vous ne vous offusquerez pas si je vous dis que je ne crois que vous ayez un cerveau, étant moi-même comme vous le dites, un réaliste, et du fait que je ne vois pas votre cerveau, je me permets de conclure que vous n’en avez pas. »

À partir de ce moment, la conversation fut constructive et j’ai pu lui expliquer que notre monde est rempli de phénomène qu’on ne voit pas, bien qu’on en ressente les effets. Je n’ai jamais vu le vent, ni le magnétisme, ni la musique. Ils sont invisibles pour l’œil et pourtant ils sont bien réels. Je ne peux pas physiquement de manière tangible présenter Dieu, et pourtant, il est réel.

Avoir la foi en Dieu explique l’existence de la terre, la présence des planètes et de la multitude des étoilesqui ont motivé Einstein à écrire. C’est cette même foi qui a inspiré l’astronaute Frank Borman, la vielle de Noël 1968 alors que la navette Apollo 8 faisait le tour de la lune, à lire le texte de Genèse 1;1 : « Au commencement Dieu créa les cieux et la terre… »

4 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires