La conversion d’un communiste.

Le comte L. Tolstoï (1828-1910), écrivain russe et réformateur social a écrit « Guerre et paix » et « Anna Karénine » et bien d’autres essais et récits. Mais le plus percutant reste « ses confessions » où l’on retrouve son témoignage personnel: 

« Il y a de cela cinq ans m’est advenue la foi. J’ai enfin cru l’enseignement de Jésus et toute ma vie a été changée. J’ai cessé de désirer ce qu’auparavant je désirais pour désirer ce qu’auparavant je ne désirais pas. Ce qui m’apparaissait être mal m’apparut bon, ce que je  considérais bon, m’était maintenant mal. Avant ma conversion, je me suis battu en duel, j’ai joué aux cartes, j’ai gaspillé mon bien mal acquis, fruits du labeur des paysans que je punissais cruellement, pour m’adonner à la compagnie de femmes libertines et d’hommes trompeurs. Et pourtant, mes pairs me considéraient comme un homme de morale ».

Évidemment, le point de vue de Dieu sur nos vies est souvent contraire à l’opinion des hommes et son regard sur nos vies est plus important que celui des hommes. Il déclare en Ga 3,22 que «  l’Écriture a tout renfermé sous le péché… » et on ne joue pas avec le péché. Ce dernier est dangereusement explosif, il est capable de détruire l’âme.

Voilà pourquoi vous devriez vous en détourner et venir au Seigneur, le Christ Sauveur, comme Tolstoï et trouver la purification de votre être, la conversion.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments